Le Montenegro a des allures de paradis

Home / Blog / Le Montenegro a des allures de paradis
Le Montenegro a des allures de paradis

Le Monténégro fait partie de ces états comme le Luxembourg ou le Lichtenstein et dans une certaine mesure la  Suisse dont on entend parler uniquement lors de scandales financiers qui remplacent dans notre imaginaire la réalité de ces territoires. Calé entre le mastodonte touristique qu’est devenue la Croatie et l’oublié de l’européanisation qu’est l’Albanie, il est pourtant un terrain de jeu majestueux pour les amoureux de la nature. Si les touristes occidentaux commencent à peine à s’en rendre compte, nos amis russes ont eux pris leurs quartiers le long de ses côtes idylliques depuis déjà un bon moment. Je vais donc vous donner le conseil que vous donnerait un touriste randonneur de 50 ans: fuyez les villes côtières, stations balnéaires en puissance. En particulier Budva et Porto Montenegro dont 40% de l’immobilier appartient aux russes et représentent à peu près tout ce qu’un promoteur peut faire de pire. Bien sûr il ne faut pas vous priver des beaux spots sous prétexte qu’ils sont touristiques mais ces villes en l’occurrence ont été pillées de toute leur beauté naturelle.

Le long de la rivière tendre

Quand je suis allée au Monténégro je venais de Belgrade. La trajet en train dure environ 10 heures pendant lesquelles vous voyagez à flanc de montagnes tout en suivant la rivière Tara dont l’eau oscille entre le turquoise et le translucide. Je peux dire sans hésiter que ces dix heures m’ont offertes quelques uns des plus beaux paysages qu’il m’ait été donné de voir et j’ai la chance d’avoir quelques sérieux points de comparaison. Non seulement le train ressemble à ceux des films d’époque avec des fenêtres immenses qui vous permettent de ne rien louper du spectacle de la nature qui se déroule devant vos yeux. Vous passez par bien des villages aux noms énigmatiques et soyez attentifs à ne pas louper votre arrêt car les liaisons entre les différents bourgs se font plus que rares. A l’époque de ma première venue nous étions au mois de Juin et en dépit de notre plan initial, nous n’avions pas pu faire le Parc Durmitor que je vous recommande pourtant chaudement. En effet celui-ci est situé à une telle altitude que les températures sur place y avoisinaient les 0 degrés. Nous avons donc fait route vers Podgorica, capitale du pays enclavée entre deux massifs. La capitale a de charmantes allures de village et le très bon turkish coffee (qui est le café de base là-bas) ne vous coutera que la modique somme de 70cts. Vous aurez rapidement fait le tour de cette capitale atypique mais l’escale ne manque pas de charme, urbain celui-ci.

Montenegro

Sortir des sentiers battus

Vue la taille relativement réduite du pays, vous pouvez viser n’importe quel endroit et y être dans la journée, c’est ainsi que le lendemain nous étions à Kotor. Petite ville fortifiée dont les remparts grimpent le long de la montagne et qui donne son nom à la fois à la baie et aux gorges de Kotor et offre par conséquent une vue à couper le souffle. Vous pouvez flâner intramuros durant quelques heures avant de repartir vers des terres un peu moins populaires aux prix plus abordables. Contrairement à ses voisins, le Monténégro a l’Euro et les prix que celui-ci implique… Optez donc pour les villes sur la côte opposée comme Pršarj à proximité immédiate. Bien plus calmes, ces endroits vous donneront l’impression d’être un privilégié puisque leurs plages restent peu courues par les jeunes springbreakers et l’eau y est paradisiaque. Vous ne pourrez cependant partir à l’aventure dans les montagnes  alentours qu’après vous être renseigné, en effet le relief est plutôt abrupte alors peu de place pour l’improvisation.

La gare de Kotor vous permet d’aller directement en Croatie, dans la célébrissime cité de Dubrovnik si vous désirez continuer votre voyage. Une fois de plus les paysages que vous traversez lors de ce trajet sont à couper le souffle et vous prenez pleinement conscience du fait que peu importe l’étendue du territoire, l’immensité de la nature est sans souci d’échelle. Ah oui, dernier conseil : MÉFIEZ VOUS de la rakija, cette espèce d’eau de vie dont la consommation est extrêmement répandue. Je dois également vous suggérer de goûter tout en sachant que ce dernier peut rapidement vous assommer le vranac, vin rouge plus que vigoureux produit sur les hauteurs du Monténégro et le kacamak (l’équivalent du kajmak serbe, sorte de fromage/crème qui sert d’accompagnement ou de sauce aux viandes)

Commentaires

commentaire(s)