Les Fils du Calvaire vivent dans un monde beaucoup plus fun que le notre

Home / Blog / Les Fils du Calvaire vivent dans un monde beaucoup plus fun que le notre
Les Fils du Calvaire vivent dans un monde beaucoup plus fun que le notre

A l’heure où les discussions sur la dépénalisation du cannabis semblent le dernier sujet en vogue, force est de constater que Les Fils du Calvaire ont une bonne longueur d’avance et sont d’ores et déjà à quelque chose de bien plus efficace. En tout cas si cela n’est pas si évident à l’écoute de leur musique, ça le devient quand on commence à se pencher sur leur dernier clip chargé d’illustrer le morceau Super Hero. Le titre est extrait de leur dernier album malicieusement intitulé Fils de… paru à la fin du mois de mars dernier. On avait déjà pu apprécier toute l’énergie et l’inventivité du groupe quand il s’agit de mettre en images leurs chansons avec le clip érotique et interactif de Rester avec toi qui faisait également intervenir Miss Kittin derrière le micro. Au programme de ce trip halluciné décors mondrian d’un vieux plateau de vieillit qui survit mal à l’affront du temps, tapis volants d’orient et mouvement de mèche millimétré tout en faisant un détour par l’age de pierre évidemment. Pour les nouveaux adeptes de la secte Fils du Calvaire, le groupe est en fait le versant pop de la formation dOP, bien connu des amateurs de musiques électroniques. Ces  fils ce sont en fait Damien, Jonathan et Clément qui après avoir été consacré chez Circus Company (admirable et exigeant label électronique) se tournent vers une pop élégante tout en étant légère, dont le romantisme est contrebalancé par la voix triste et désabusée de l’interprète principal. Vous l’aurez compris, ce n’est pas forcément la formation la plus évidente à décrire mais pour être imagé imaginez qu’en fait c’est comme si on mettait Vincent Macaigne, Flavien Berger et Sébastien Tellier dans un gros blender et qu’on obtenait un résultat parfait malgré les risques capillaires évidents que constitue un tel mélange.

Commentaires

commentaire(s)