Voyage

Home / Archive by category "Voyage" (Page 2)

Envie d’évasion, d’aventure, ces articles sont fait pour vous

Varsovie: capitale polonaise toujours plus attractive

Varsovie: capitale polonaise toujours plus attractive

J’ai rencontré Ania et Agnieska pour la première fois en septembre 2015. Elles ont emmenagé dans le même appartement que moi quelques jour après mon arrivée, au cœur du quartier Victoria à Athènes pour une année intense. En septembre en Grèce il fait aux alentours de 30 degrés alors on a tout de suite été à la plage. Continue reading

Séoul, définitivement “en marche”

Séoul, définitivement “en marche”

Cela m’a toujours fasciné de voir comment dans l’esprit des gens l’image de la Corée du Nord influençait fortement celle de la Corée du Sud. On a beau savoir que les deux pays n’ont plus ou moins de commun que leur nom, la Corée reste ce grand ensemble au leadership autoritaire, ce monde parallèle dans lequel on ne s’aventure pas vraiment. Mais Pyonyang n’est pas Séoul, loin de là. C’est une ville résolument occidentalisée, moderne et qui mérite vraiment que vous outrepassiez ces préjugés qui ont du mal à évoluer. Continue reading

L’oeil sur Moscou

L’oeil sur Moscou

L’année passée trois de mes amis sont partis vivre à Moscou. Un anglais et deux françaises qui se retrouvaient, sans se connaitre, à travailler en Russie. J’ai toujours été fascinée par ce pays et chaque livre de Tchekhov ou Dostoïevski me nourrit encore plus de raisons d’être fascinée. Alors j’ai demandé à mes amis ce que c’était la vie là-bas et comme je m’en doutais, ils sont eux aussi tout à fait sous le charme. Ceci est donc le Moscou des jeunes gens modernes qui vont en rave et ne se sentent pas vraiment concernés par la chute du rouble, la pauvreté des campagnes russes et l’intolérance d’un autre temps qui règne dans ce pays. Il me semble que c’était un commentaire qui avait son importance quand on connait la dualité qu’il existe dans cet immense pays. Continue reading

Montréal l’insomniaque

Montréal l’insomniaque

Je suis arrivé à Montréal il y a plus d’un an maintenant. On a tous plus ou moins cette image d’une ville au sommet du cool, tolérance, gay friendly et très jeune, et bien, en effet, je vous mets au défi de vous ennuyer ici. Passez outre les clichés de l’accent et la sensation de froid mortel si vous vous y rendez en hiver, vous serez forcément séduits par la ville qui semble réussir à se réinventer dans toutes les conditions possibles. Continue reading

48 heures à Sofia

48 heures à Sofia

Avant de vous entendre me dire qu’il n’y a pas que les Balkans dans la vie, je vous promets que la semaine prochaine nous irons voir ailleurs. Seulement, vous en avez forcément déjà fait l’expérience, il est difficile de s’arrêter de parler de quelque chose qui nous passionne tout à fait. Alors toujours plus à l’est, complètement en Europe mais tout de même à cheval entre la Turquie et la Russie se trouve la Bulgarie.

A la croisée des mondes

Il ne faut pas s’appeler Bernard Guetta pour comprendre que de part la position géographique du pays, la capitale bénéficie d’une multitude d’influences. L’alphabet cyrillique qui va faire des vos premiers instants sur place un vrai challenge en est une des preuves les plus évidentes. Mais on peut aussi trouver au détour d’une rue, d’une visite l’influence ottomane longue de 500 ans qui a vu succéder l’influence russe et donc orthodoxe que vous trouverez dans la rue d’après. L’exemple le plus grandiloquent et impressionnant de cette histoire orthodoxe est la Cathédrale Alexandre-Nevski. Pour vous donner une petite idée de l’envergure de l’édifice, elle peut contenir environ 10 000 fidèles. Je vous laisse imaginer le sentiment qui vous submerge face à cette dizaine de cloches monstrueuses, ses dômes sortant de tous les côtés et même son annexe de la galerie nationale à l’intérieur même de l’édifice. Vous pouvez ensuite errer dans les charmantes petites rues de la capitale sans itinéraire précis car chacune d’entre elle a un cachet bien particulier. Commencez sur Vitoshka Boulevard et faites un détour par la place du marché qui vous permettra de vous familiariser avec les saveurs et les odeurs locales. Portez également une attention particulière à Graf Ignatiev Street et à Tsar Shishman Street où les murs n’ont non pas des oreilles mais des visages.

Cathedrale Alexandre Nevski Bulgarie

Un certain sens de la demi-mesure

Une fois dans le centre de la ville, vous pouvez aller faire un tour du côté du National Palace Of Culture ou NDK comme il est plus commun de l’appeler ici. Le Palace est un immense bâtiment qui abrite des performances artistiques et autres conférences dont les proportions sont complètement hallucinantes. Si vous ne vous y rendez pas pour un évènement particulier, l’intérieur n’a pas énormément d’intérêt en revanche le parc aux alentours est sympathique et le quartier abrite quelques bars sympas dont un dénommé Culture Beat qui pourra éventuellement trouver sa place dans vos petites adresses. Autre lieu à l’intérêt historique, esthétique et touristique non négligeable, le Central Mineral Bathsou es bains publics dans sa version francophone. La encore le mélange des influences architecturales est saisissant et la reconstruction qui en a été faite après les bombardements de la seconde guerre mondiale laisse sans voix.

Central Mineral Baths Sofia Bulgaria

48 heures à Sofia est un titre bien précis, il ne vous faudra pas plus pour avoir un aperçu bien détaillé de la ville. En revanche pour le pays c’est une autre affaire: celui-ci regorge de beautés naturelles que ce soit ses plages (bien que très touristiques pour certaines) ou ses montagnes, la Bulgarie est un pays riche et étonnant, avec une culture bien particulière. Ah oui enfin si vous voulez voir ces fameux ours dansants, faites le correctement au Parc Belitza mais le reste des attractions de ce type cache une bien cruelle explication qui devrait rapidement esquisser le sourire que l’image d’un ours dansant peut évoquer.

 

Skopje, îlot urbain perdu entre deux espace-temps

Skopje, îlot urbain perdu entre deux espace-temps

Cette ville pourrait être la réponse à une question d’un jeu de culture générale. Une réponse qu’on est pourtant sûr(e) d’avoir mais qu’on s’aperçoit ne jamais mobiliser et avoir oublié. Cette question ce serait “Quelle est la capitale de l’état de Macédoine ou FYROM (Former Yougoslav Republic Of Macedonia)?” et la réponse est Continue reading

Le Montenegro a des allures de paradis

Le Montenegro a des allures de paradis

Le Monténégro fait partie de ces états comme le Luxembourg ou le Lichtenstein et dans une certaine mesure la  Suisse dont on entend parler uniquement lors de scandales financiers qui remplacent dans notre imaginaire la réalité de ces territoires. Calé entre le mastodonte touristique qu’est devenue la Croatie et l’oublié de l’européanisation qu’est l’Albanie, il est pourtant un terrain de jeu majestueux pour les amoureux de la nature. Si les touristes occidentaux commencent à peine à s’en rendre compte, nos amis russes ont eux pris leurs quartiers le long de ses côtes idylliques depuis déjà un bon moment. Je vais donc vous donner le conseil que vous donnerait un touriste randonneur de 50 ans: Continue reading

Athènes, ma reine

Athènes, ma reine

Je ne vais pas vous mentir ma destination n’a rien d’une idylle. Par un tour de force très habile des agences de voyage, dans l’imaginaire collectif Athènes ressemble à une enfilade de petites maisons blanches aux portes bleues nuit gardées par des chats qui se détachent sur un ciel d’un bleu immaculé. Hors Athènes n’est rien de tout cela, c’est une ville qui vit sous le nefos (cet épais nuage de pollution qui a fait son apparition en 1997 au dessus de la ville) dès que les températures s’emballent un peu, un alignement d’immeubles des années 60 salis par cette même pollution, une circulation qui ne vous laisse aucun répits et des flux de touristes ininterrompus d’Avril à Octobre. Sauf que les plus beaux voyages ne sont pas ceux que l’on vous offre sur un plateau et que malgré ce qu’essaient de vous faire croire quelques agents bien intéressés, vous ne connaissez pas une ville après y avoir passé un weekend, vous n’en aurez même pas une image pertinente. Athènes, comme les grecs, s’apprivoise en y marchant sans relâche, sans compromis, sans reculer dans les quartiers dans lesquels vous vous sentirez toisé(e), mal à l’aise et ils seront nombreux si vous sortez des sentiers battus de touristes.

Chacun de ses quartiers a une histoire et une identité bien différente. Vous aurez probablement entendu parlé dans les médias du quartier d’Exarchiea comme un quartier chaud, livré aux mains des anarchistes. Le fait est que vous y trouverez un charmant marché le samedi matin, que les murs sont recouverts de tags tous plus colorés et que la vue depuis le petit parc en hauteur ou sur Lykavittous Hill y est mémorable. Perdez vous dans ces rues et arrêtez-vous dans un des nombreux petits cafés sur Emm Benaki où vous découvrirez sans doute en poussant la porte un jardin intérieur incroyable dont vous ne soupçonniez pas l’existence. C’est ça Athènes, toujours plus que ce qu’il n’y parait. Sur la square d’Exarchia vous pouvez faire une halte au HBH qui, après de nombreux tests, fait un des meilleurs frappés de la capitale. Et la musique y est toujours de qualité, après minuit on a souvent droit à une intégrale Justin Timberlake, ce dont personne n’oserait se plaindre. En continuant votre parcours vers l’hypercentre vous traverserez le quartier des universités ou Omonia square. A ce stade de votre périple vous aurez déjà passé environ 150 coffee shops et boulangeries offrant des spanakopita (feuilletés aux épinards) ou tyropita (au fromage) et autant d’endroits pour vous arrêter manger un Souvlaki. Ne vous faites pas avoir et continuez jusque dans les petites rues au pied de l’acropole, plus particulièrement Ermou, grande artère commerçante. Non seulement vous trouverez les meilleurs falafels qu’il m’ait été donné de manger dans mon existence chez Fallafellas mais également les meilleurs souvlakis d’Athènes chez O Kostas. De l’extérieur c’est une simple porte de garage coincée à côté d’un café un peu hype ou vous pourrez à peine vous faufiler pour commander mais une fois le sésame en main, installez-vous sur les tables à l’extérieur et découvrez le feu.

KODAK Digital Still Camera

En continuant vers la colline la plus célèbre au monde, vous arriverez dans le quartier ultra touristique de Monastiraki. Pas énormément d’intérêt excepté pour le shopping, n’hésitez pas à ramener l’alcool local type Rakomelo, un délice. Si vous choisissez de continuer vers Omonia square, dans les petites rues vous tomberez sur un café/galerie/salle de concert assez atypique et carrément génial,le S.I.X Dogs. Bien que très prisé et un peu hype, le jardin intérieur vaut le détour. En revanche si vous prenez la tangente de l’autre côté, vous arriverez sur le petit square qui abrite chaque dimanche un marché aux antiquaires riche des trouvailles les plus incroyables que vous puissiez imaginer. La café Avissinia en renfoncement est une institution pour sa cuiine et la vue délicieuse qu’il offre une fois installé sur toit. La ballade en vaut de plus le détour, vous longez l’acropole jusqu’au quartier de Thissio et pouvez même vous poser dans le parc qui entoure toute l’ancienne agora, comme il fait toujours bon à Athènes, vous ne serez jamais vraiment seul et pourrez vous délecter de la langue grecque qui vous entoure. Le cinéma en plein air de Thissio est également une expérience à recommander. Généralement ils n’ouvrent qu’à partir du mois de mai pour fermer vers la mi-novembre mais quelques un (notamment à Kolonaki) proposent des ouvertures exceptionnelles selon les conditions météorologiques.

Si vous parvenez à traverser la rue dans son flux chaotique de taxis, bus et autres scooters, choisissez le camp d’en face, le quartier de Psirri. Psirri est l’ancien quartier de pêcheurs, c’est ici que j’ai passé mes plus belles et longues soirées, journées au soleil. Juxtaposant le quartier nocturne de Gazi, Psrrii est beaucoup plus calme et épicurien. Quand il s’agit de manger un bout, une grande vitrine derrière laquelle se présentent des tables et pots de fleurs accueillants vous feront entrer dans cette espèce de cantine tenue par un groupe d’amis, excellemment bien décorée et baignée de la lumière grecque si particulière : Le Nonna. Le vin y est bon, peu onéreux tout comme les plats et leur limonade maison. Pour les nostalgiques de la France, il arrive même parfois que la radio soit branchée sur Fip. Si vous avez juste besoin de quelque chose sur le pouce (ou sans gluten), d’une boisson, The Handlebar est votre spot. Tenu par les seuls jeunes gens qui s’acharnent à essayer de faire du vélo à Athènes, l’endroit ne dispose que de deux tables à l’intérieur mais s’installe dans la rue avec ses chaises colorées et sa guirlande lumineuse. C’est ici que l’on boit LE meilleur frappé d’Athènes à un prix encore une fois dérisoire. La musique y est toujours choisie avec soin et les amis viennent partager la sacrosainte cigarette avec les serveurs donne l’impression d’être dans un début de soirée, toujours agréable.

KODAK Digital Still Camera

Voilà un aperçu de mon Athènes. Cette ville dont vous reviendrez probablement déçu puisque vous avez fait confiance à votre guide de voyage. Revenez-y, comprenez comment vivent les athéniens que vous apercevez aux terrasses de café toute la journée. J’aurai de nombreuses autres choses à vous dire, promenez vous dans les rues bourgeoises de Kolonaki, voir l’autre face des athéniens, goûtez les loukoumades sur Ermou dans cette cantine à l’apparence sans charme mais aussi respectée que les églises sur lesquelles on tombe à chaque coin de rue.En ce moment on me dit que les rues d’Athènes sont pleines de réfugiés, que je ne reconnaitrais pas cette ville mais une chose est sûre je ne passe pas une journée sans penser à ce sentiment permanent de chaleur, ses marchés de rue quotidien, les rues adjacentes au meat and fish market dont les magasins sont des plans de film à eux seuls et surtout ces sonorités linguistiques que j’ai toujours l’impression d’entendre derrière moi, c’est bien d’ailleurs pour ça que mon ultime meilleure adresse, je la garde comme un de mes plus précieux secrets!

 

Tallinn? Pourquoi pas !

Tallinn? Pourquoi pas !

Si je devais donner un conseil à quiconque voulant visiter Tallinn, ça serait de s’armer de patience. Non pas parce que les estoniens sont lents à la détente mais parce qu’à chaque fois que vous annoncerez que vous voulez vous rendre à Tallinn, capitale d’Estonie, on vous répondra Continue reading