Brasilia, petit bijou urbain

Home / Blog / Brasilia, petit bijou urbain
Brasilia, petit bijou urbain

Personne ne pourra nous contredire quand on affirme que le Brésil sera cet été une des destinations touristiques les plus en vue. A l’évidence parce que le pays héberge cette édition des Jeux Olympiques mais aussi parce que de manière générale, le plus grand pays du continent sud américain attire depuis toujours des masses de curieux attirés par ses paysages paradisiaques. Exit Rio, Studylife vous emmène à la découverte de sa capitale, Brasilia qui ressemble à s’y méprendre à une exposition architecturale à ciel ouvert. Une ville sortie de terre par la volonté de trois hommes (Juscelino Kubitschek, Lucio Costa pour l’urbanisme et Niemeyer pour l’architecture) qui cinquante ans après son inauguration reste futuriste.

Brasilia ne vieillira pas

La ville de Brasilia pour quiconque s’intéresse un minimum à l’architecture et au design urbain est un cas d’école. Elle regorge dans chacun de ses recoins de bâtiments remarquables dont une partie significative est signée de la main du maître Oscar Niemeyer. Pour ne citer que les plus incontournables, le Palácio da Alvorada, résidence officielle du président brésilien, le Congrès National du Brésil ou encore le Mémorial JK (du nom de l’ancien Président Juscelino Kubitschek) ont chacun un intérêt esthétique mais aussi culturel non négligeable puisqu’en plus d’être une ville aux apparences distinguées, elle est aussi une mine de culture non négligeable avec ses innombrables musées.  Tout aussi impressionnants, les constructions de la Cathédrale de Brasilia et de Sanctuaire Dom Bosco aux vitraux aux cinquante nuances de bleu et aux colonnes massives. La Cathédrale moderne s’ouvre sur quatre énorme statues des évangiles Mathieu, Marc, Luc et Jean au sous-sol avant de dévoiler ce dôme aux panneaux de verre bleus et verts magistral. Dans le sanctuaire ce sont un peu plus de 7500 morceaux de verres et un lustre de 2.5 tonnes qui offrent une lumière et une atmosphère céleste sublime. Même sans être fan de football, vous pouvez admirer l’architecture du stade national, tout en finesse ainsi que le Palais Atamaraty ou Palais des arches qui abrite le ministère des affaires étrangères.

Brasilia

Trois villes en une

Brasilia est une ville profondément fracturée et catégorisée. En dehors des immenses artères du centre ville qui peuvent désarçonner le visiteur au premiers abords on trouve les favelas de ceux que l’utopie d’une ville nouvelle à laissé sur le côté quand les quartiers résidentiels se font concurrence dans le clinquant et la débauche de signes extérieurs de richesse ou les cités dortoirs ressemblent plus à un décor qu’un réel espace de vie. Il n’y a qu’à voir la forme tout à fait artificielle que prend la ville quand elle est vue du ciel. La ville est une accumulation de petits mondes qui peuvent vivre chacun dans leur coin, autosuffisants et organisés à leur échelle. Au niveau du territoire, l’organisation de la cité est très étendue et même si les points d’intérêts principaux restent aux alentours de l’axe principal, les distances sont difficilement faisables uniquement à pied. Aux alentours de la capitale administrative se dévoilent des paysages grandioses et notamment, à 150km de là, la ville de Pirenopolis dans laquelle vous pourrez observer un cas d’école de l’architecture coloniale portugaise ou encore les chutes d’Itiquara qui sont un détour à faire dans la région.

Interior_of_the_Catedral_de_Brasília_-_DSC00240

Brasilia est une ville jeune, à peine 50 ans. Elle a peut-être été construite en un peu plus d’un an et pourrait paraitre comme un énième projet pharaonique fait pour gonfler l’égo de son leader mais elle est une œuvre à elle seule. Les réalisations d’Oscar Niemeyer font figure de cas d’école et en font une destination incontournable. Cependant vous aurez peut-être l’impression de vous promener dans une ville musée dans laquelle il  est difficile de voir une cohérence et de saisir le rythme de la ville. Si la ville a réussi bien des défis, celui de cimenter sa société semble le plus grand qu’elle ait a relever dans les années à venir.

Commentaires

commentaire(s)